Vous êtes ici : ACCSQMédiasArticle Journal l'Oie Blanche

Nouvelle - Journal L'oie Blanche

Nouvelle publiée le 31 octobre 2012 à 21:09

GINGKO BILOBA, LE CHIEN DE SANG DE RICHARD CARON

Sylviane Lord-L’OIE BLANCHE

 

Depuis qu’il a participé à la recherche d’un chevreuil blessé en compagnie de Yves Martineau, le président de l’Association des conducteurs de chiens de sang du Québec (ACCSQ), Richard Caron a eu la piqûre. Il est devenu lui aussi un conducteur de chiens de sang. Son fidèle acolyte Ginkgo Biloba, un teckel à poil dur, met son flair au service des chasseurs afin de retrouver les bêtes blessées.

«C’est tout d’abord tout le côté enquête qui m’a plu», a expliqué Richard Caron qui doit prendre en compte plusieurs éléments pour procéder à une recherche. Le travail d’équipe devient ensuite très important. Les capacités olfactives supérieures des chiens viennent pallier à l’odorat plutôt limité du conducteur de chien de sang qui doit pour sa part apprendre à «lire» les comportements de son animal. Finalement, «tout le côté noble de cette recherche qui vise à mettre fin aux souffrances d’un animal atteint, ou à retrouver une bête qui aurait été perdue, ou encore à rassurer un chasseur qui n’aurait pas blessé à mort sa proie, m’a également séduit», a ajouté le conducteur de chiens de sang port-jolien.

Tout comme le GPS qui s’est ajouté aux outils des chasseurs, le chien de sang devient de plus en plus un incontournable, selon Richard Caron. «L’évolution de la mentalité des chasseurs montre qu’aujourd’hui, ils sont de plus en plus consciencieux. Ils veulent faire tout pour abréger les souffrances d’un animal. Je trouve ça très encourageant», a-t-il mentionné.

Un pedigree de chien de rouge

Depuis des centaines d’années en Europe, et principalement en Allemagne, le teckel à poil dur a été utilisé pour pister les animaux abattus. Ce chien est polyvalent, tenace et endurant. Ces qualités font de lui l’un des meilleurs candidats pour effectuer ce type de travail.

Pour sa part, Ginkgo reçoit, depuis son jeune âge, un entraînement rigoureux. Deux fois par semaine, Richard Caron élabore un parcours à l’aide de sang de bœuf ou de porc afin de développer les habiletés de son compagnon de travail. Jusqu'à présent, Ginkgo a permis de retrouver 3 orignaux sur un total de 7 recherches au cours de cette première année à titre de chien de sang.

Au Québec, entre 10 à 15% des gros gibiers abattus sont perdus. De ce nombre, environ 40% ont été retrouvés grâce aux chiens de sang. En 2011, ce sont 502 bêtes qui ont pu être recouvrées par le biais du travail des conducteurs de chiens de sang.

L’ACCSQ

L’Association des conducteurs de chiens de sang du Québec a été fondé en 2008. Du petit noyau formé par une dizaine de personnes à ces débuts, l’association regroupe plus d’une centaine de conducteurs de chiens de sang aujourd’hui. Une formation est offerte une fois par année à St-Appolinaire. «C’est essentiel selon moi d’assister à ce cours afin de partir sur de bonnes bases et augmenter ses chances de retrouver des animaux», a spécifié Richard Caron.

La période de chasse au chevreuil débute sous peu et si vous avez besoin de recourir au service de Richard Caron, vous pouvez le contacter au 598-7527 ou au 234-7527. M. Caron travaille également en collaboration avec Guy Tachereau de Cap-Saint-Ignace, également conducteur de chiens de sang. Visionnez le reportage sur oieblanc.com.